- Extrait -

[...]
Guillaume a refermé la porte et j'ai vu dans son regard qu'il avait aussi peur que moi. On s'est souri et on a même eu ensemble un petit rire nerveux, à la fois de gêne et d'excitation. Ensuite, on a fait chacun un pas dans la direction de l'autre et on s'est embrassés, doucement, lentement. Guillaume a passé une main tremblante sous mon pull et dans son dos, avec les miennes, j'ai attrapé son t-shirt pour le tirer vers le haut. En même temps, et en faisant pas mal de nœuds, on s'est déshabillés du haut. Je n'avais pas mis de soutien-gorge, mais un caraco blanc serré qui s'est retrouvé par terre en moins de deux. J'ai senti comme une décharge électrique quand on s'est de nouveau enlacés, torses nus cette fois. C'était la première fois de ma vie que ma poitrine nue touchait la peau d'un garçon. C'était divin et j'ai senti un grand frisson me courir sur la peau.
- On arrête si tu veux, m'a chuchoté Guillaume d'une voix tremblante.
En réponse, je l'ai attiré vers le lit.
Les détails de ce qui a suivi ne regardent que nos mémoires. On a fait l'amour, et c'était à la fois merveilleux et douloureux. Comme la vie.


Reproduit avec l'aimable autorisation des éditions Thierry Magnier
© Editions Thierry Magnier - toute reproduction interdite

 Retour au livre  Remonter en haut de la page Haut de la page   Retour à l'accueil Retour à l'accueil