L'HISTOIRE

Pierre a tout pour être heureux. Plutôt pas mal, même si trop timide avec les filles, il a seize ans, une sœur pleine d’humour, un père et une mère unie, une vie de rêve baignée par des études musicales à Versailles…
Enfin ça, c’était avant que sa mère ne disparaisse mystérieusement sans laisser d’adresse !
Alors tout bascule, tout chavire, et Pierre découvre que, sous une apparence très sage, sa famille cache d’inavouables secrets.
Il lui faudra devenir un autre, moins raisonnable, plus amoureux, pour s’apercevoir qu’enfin, le monde est dans sa main.

Derrière les façades palpitent désirs enfouis, chagrins indicibles et amours interdites jusqu’au jour où la vie l’emporte. Ce roman intimiste et drôle vous ouvre les portes du monde.

LE MOT DE L'AUTEUR

Il y a des romans qui nécessitent un certain savoir-faire, de la préparation et d’autres, comme celui-ci, qui ne demandent que du « lâcher prise », ce qui est loin d’être plus facile. Ce n’est pas une histoire que j’ai eu envie de raconter, mais un peu de route que j’ai eue envie de faire avec un personnage, le jeune Pierre, 16, Versaillais et musicien, comme moi au même âge. Bien que beaucoup moins autobiographique, ce roman est, avec La vie en gros, celui que je tiens pour le plus personnel de mes parutions pour la jeunesse.

PRIX LITTÉRAIRES

Le vendredi 15 mars 2013, dans le cadre de la Foire du livre de Leipzig, "Le monde dans la main" a reçu Le Prix des Lycéens Allemands 2013.
Les autres titres en compétitions étaient : Désobéis, de Christophe Léon (Magnier), Un cargo pour Berlin, de Fred Paronuzzi (T. Magnier) et La fille de la rive, d'Hélène Vignal (Le Rouergue).

Cet ouvrage a également été récompensé en 2013 par les Prix Jacaranda (Maroc) et de la ville d'Evreux.

LA PRESSE EN PARLE...

     



  Valérie Expert, dans A livres ouverts, le 8 octobre 2011 – France info :

 

Le monde dans la main, de Mikaël Ollivier

Pierre est à la veille de ses 16 ans. Avec ses parents, il achète des meubles chez Ikéa. Il vivent tous les trois, à Versailles, dans un milieu plutôt favorisé. Passionné de musique classique et de piano, Pierre est en seconde option musique. Il rêve de devenir concertiste. Pierre communique beaucoup par SMS avec sa soeur Alix (bien plus que quand elle était là, la parole n’est pas aisée dans cette famille), ils sont très complices. Sur le parking d’Ikéa, la mère s’éloigne sans un mot. Elle disparaît. Le soir, le père reçoit un SMS : « Ne vous inquiétez pas pour moi. Je n’en peux plus, c’est tout ». À partir de ce jour, plus rien n’est pareil. La disparition de la mère est une faille dans la vie lisse de la famille, dans son équilibre, et chacun se révèle différent, avec une histoire bien plus complexe qu’il n’y paraissait. Pierre doit prendre les choses en main à la maison parce que le père baisse les bras et, en même temps, découvre la véritable histoire de sa famille qui n’est qu’une suite de hasards et d’histoires d’amour parfois belles, parfois dures, secrètes, passionnées et/ou douloureuses. Mikaël Ollivier renoue avec le récit intimiste, roman d’amour, histoire familiale compliquée sous des aspects lisses et bien pensant. Scénariste, Mikaël ménage une surprise à la fin du roman.


Diane Maretheu, dans PAGE des libraires :

Un roman tendre et sensible, pourvu d'un vrai suspense où Mikaël Ollivier évite l'écueil du tragique. C'est aussi un roman drôle : une des scènes inaugurales qui se déroule dans les dédales d'Ikea fera rire toute personne ayant déjà vécu cette fameuse expérience. Mais comme le dit l'auteur : "c'est avant tout un roman sur la difficulté, les joies et la nécessité de grandir. Il faut grandir pour être à la hauteur de ce que la vie a à offrir."


Editions Thierry Magnier
Parution : 31 août 2011
Collection : Grands romans
Niveau de lecture : collège et +
Illustr. de couverture : Delphine Dupuy
15,50 euros - 288 pages
ISBN : 978-2-36474-011-2

Découvrez les autres livres jeunesse :

Remonter en haut de la page Haut de la page    Retour à l'accueil Retour à l'accueil